Fin de matinée : Benoît (le livreur) apporte les cartons. Un peu de réassort, quelques nouveautés, le cutter sans entrain. Et là, le sourire : un carton Sodis dévoile la vraie bonne nouvelle du jour : Le Veilleur infidèle, autrement dit, le nouveau livre de Marie Didier. Une seconde d'égarement et je me dis que je vais fermer, là, toutes affaires cessantes (encore que l'activité soit tellement ralentie que j'aurais pu le faire dans l'indifférence générale ! ). Je vaque donc et à l'heure dite, crac, je baisse le rideau et le monde peut bien tourner à l'envers.

Petit rappel :

Marie-Didier

Morte-saison        BicetreContre-visite

A quoi il faut rajouter La Bouilloire russe , paru aux éditions Séguier, La Mise à l'écart chez Gallimard et une nouvelle, Une fin aux éditions Sable.

Sans oublier  le dossier que le Matricule des anges lui a consacré :

Matricule-Marie-Didier

 

Je retrouve dans Le Veilleur infidèle  : cette nécessaire attention à l'infime, une écriture loin du bruit, et cette douleur aussi.  

Et voilà bien la limite de l'exercice : que va faire la libraire avec sa gorge nouée ?