Partant comme chaque matin à l'assaut des routes dégagées  du Lauragais, j'avais une oreille vers la radio rendant compte des 296 km de bouchons parisiens au lieu des 150 km habituels (tout augmente !). L'autre oreille vers les chants d'oiseaux pour faire bonne mesure. Et je pensais à cet unique vendredi 13 de l'année, à ces grèves de trains, de taxis, de livreurs...et d'auteurs de BD. Je relaie donc l'article paru dans la Charente Libre le 28 mai dernier .

Aujourd'hui, la chance serait que le monde tourne un tout petit peu plus lentement. Mais plus rond.

Bonne journée !